Présentation du CSA

Le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA), principale plateforme internationale multi-acteurs émettant des recommandations politiques en matière de sécurité alimentaire et de nutrition.

JPEG

Présentation générale

Les crises alimentaires de 2007 et 2008 ont constitué des éléments déclencheurs en faveur d’une profonde réforme de la gouvernance mondiale de la sécurité alimentaire et de la nutrition.

Créé en 1974, initialement comité technique de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (OAA/FAO), le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) a été profondément réformé en 2009 pour : 1/ s’ouvrir à une large palette d’acteurs, notamment la société civile, le secteur privé et les autres organisations internationales et 2/ pour intégrer une expertise scientifique de haut-niveau, via la mise en place d’un Panel d’expert de haut niveau (HLPE - High Level Panel of Experts), permettant de donner un support scientifique aux recommandations politiques adoptées.

Le CSA est aujourd’hui la principale plateforme internationale émettant des recommandations politiques sur des sujets touchant la sécurité alimentaire et la nutrition. Il est un espace de dialogue entre tous les acteurs impliqués dans le domaine de la sécurité alimentaire et la nutrition : gouvernements, ONG, secteur privé, instituts de recherche, institutions financières internationales et organisations des Nations Unies.

Le CSA produit des directives (volontaires, comme celles sur la gouvernance responsable des régimes fonciers), des principes (comme les principes pour un investissement agricole responsable), des cadres d’action (comme le cadre d’action visant à favoriser la sécurité alimentaire en situation de crise prolongée) et formule des recommandations sur lesquelles les gouvernements et toutes les parties prenantes du CSA peuvent s’appuyer afin de mettre en œuvre des politiques qui visent à améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition. Tous les produits du CSA se distinguent par leur statut volontaire et non contraignant.

Les travaux ont abordé de nombreux thèmes tels que l’investissement agricole, le lien entre changement climatique et sécurité alimentaire, la volatilité excessive des prix des produits alimentaires, la gouvernance foncière, les biocarburants ou encore le lien entre genre et sécurité alimentaire ou encore la promotion de la sécurité alimentaire au travers de la protection sociale.

Organisation

Le CSA dispose d’une structure qui permet à toutes les parties prenantes d’intervenir, aux niveaux mondial, régional et national. Il comporte un bureau (organe exécutif), un groupe consultatif (où siègent des représentants des 5 catégories de participants du CSA), un secrétariat et un groupe d’experts de haut niveau (HLPE).

Le Bureau est constitué d’un président (actuellement Mme Gerda Verburg, ancienne Ministre de l’agriculture des Pays-Bas de 2007 à 2010) et de douze pays membres, dont la France (pour la période 2013-2015).

Le Groupe consultatif est constitué de représentants des cinq catégories suivantes :
1/ Institutions et autres organes du système des Nations Unies ;
2/ Organisations de la société civile et organisations non gouvernementales ;
3/ Instituts internationaux de recherche agricole ;
4/ Institutions financières internationales et régionales ;
5/ Associations du secteur privé et fondations caritatives.

Ces 5 types d’acteurs participent à tous les travaux du CSA, à l’exception des réunions du Bureau (réservées aux Etats). Ils ont le droit d’intervenir en plénière et dans les groupes de travail, de contribuer à la préparation des documents et des ordres du jour des réunions et de présenter des documents et des propositions. Ils ne détiennent cependant pas le droit de vote, compétence réservée exclusivement aux États.

Les organisations de la société civile et les acteurs du secteur privé participent au CSA par le biais de « mécanismes », qui s’organisent de manière autonome et coordonnent les positions de leurs membres vis-à-vis du CSA.

La Plénière est l’organe central de débats et de prise de décision. Elle se tient annuellement au mois d’octobre et réunit 126 Etats et plus de 200 organismes des cinq catégories du groupe consultatif.

Le secrétariat permanent, installé dans les locaux de l’OAA/FAO à Rome, est constitué de personnels de l’OAA/FAO, du Programme alimentaire mondial (PAM) et du Fonds international pour le développement agricole (FIDA). Depuis octobre 2013, le CSA dispose d’un secrétaire permanent. Mme Deborah Fulton (Australie) a pris ses fonctions en octobre 2014.

La France et le CSA

La France soutient politiquement et financièrement le CSA qu’elle considère comme l’une des enceintes principales de gouvernance en matière de sécurité alimentaire et de nutrition. Elle a été l’un des artisans principaux de la réforme de 2009, qui constituait un élément central du Partenariat mondial pour l’agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition lancé par le Président de la République française en juin 2008. Elle apprécie en particulier le caractère inclusif qui constitue la spécificité du CSA.

La France est membre du Bureau du CSA (pour la période 2013-2015, son mandat prenant fin en octobre 2015), où elle représente le groupe européen avec la Suisse. Un important travail est accompli en intersessions sur la base de réunions mensuelles.

Le Ministre de l’Agriculture, de l’agro-alimentaire et de la forêt, M. Stéphane Le Foll, et le Ministre délégué au développement, ont participé au CSA en 2012 et 2013.

Dernière modification : 04/11/2015

Haut de page