L’engagement de la recherche agronomique française

La recherche française est engagée, au Sud, afin de répondre aux enjeux de l’agriculture durable, dans ses trois dimensions (sociale, environnementale et économique).

Défi n°1 : Produire en quantité et en qualité

L’urbanisation, les changements de modes de vie, l’évolution des normes et l’intensification des échanges internationaux font évoluer les systèmes alimentaires. Les instabilités croissantes et les vulnérabilités accrues conduisent à repenser leur durabilité.

Quelques exemples d’axes de recherche développés par la recherche agronomique française :

  • Accompagner l’adaptation et la transformation des systèmes alimentaires au Sud afin de les rendre plus durables (i.e. analyser les composantes de la qualité des produits et leur variabilité, de leur production à leur transformation ; analyser les filières de pollution tout au long de la chaine de valeurs ; concevoir des techniques de production, de transformation et de conservation à faible utilisation d’intrants polluants ; éviter les pertes et gaspillages sur la chaine de valeurs, …) ;
  • Valoriser les produits alimentaires locaux (i.e. renforcer les performances et la compétitivité des productions locales ; mettre au point des procédés intégrant savoirs traditionnels et savoirs industriels ; identifier finement les caractéristiques de qualité des matières premières locales ; étudier comment s’élabore leur qualité nutritionnelle…) ;
  • Analyser les circuits commerciaux locaux (i.e. analyser les conditions d’accès aux marchés ; la part des filières courtes ; les stratégies de l’agro-industrie dans ses relations avec les agricultures familiales ; accompagner les réponses des acteurs face à la volatilité des prix des produits de base et aux accès aux marchés…).

Quelques exemples de résultats : ici

Défi n°2 : S’adapter aux changements climatiques et à leurs impacts mais aussi contribuer à l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre

Les pays du Sud dont le secteur rural est important et peu modelé par l’homme, sont particulièrement vulnérables aux effets du changement climatique. Par ailleurs, les effets attendus du changement climatique y varient considérablement selon les régions, y compris sur de petites distances.

En savoir plus sur l’agriculture climato-intelligente

Quelques exemples d’axes de recherche développés par la recherche agronomique française :

  • Améliorer et sélection des espèces ou variétés adaptées aux changements climatiques ;
  • Concevoir des systèmes de production adaptés aux changements climatiques ;
    Un exemple de programme en cours : agroécologie et changement climatique, interview de JF Soussana
  • Favoriser les biens et les services positifs rendus par un écosystème cultivé face aux changements climatiques.

Quelques exemples de résultats : ici et ici

Défi n°3 : Préserver les écosystèmes, les ressources et les facteurs de production naturels que sont notamment l’eau, les sols et la biodiversité

Quelques exemples d’axes de recherche développés par la recherche agronomique française :

  • Analyser la biodiversité et leur utilité dans des milieux emblématiques où notamment peuvent se développer des conflits entre usages et préservation (ex. des forêts tropicales) ;
  • Développer des approches ou pratiques économes et qui préservent - Zoom sur l’Agro-écologie ;
  • Accompagner les sociétés dans la gestion durable du vivant (i.e. identifier les niveaux pertinents d’organisation et de décision pour penser et gérer les ressources naturelles et la biodiversité au niveau d’un territoire ; combiner agriculture, élevage, forêts et services écosystémiques ; concevoir et évaluer des nouvelles formes de gouvernance territoriale…).

Quelques exemples de résultats : ici

Défi n°4 : Afin de réduire la dépendance aux énergies fossiles et contribuer à leur substitution, étudier des voies de valorisation de la biomasse pour la chimie verte et l’énergie

Dans les pays du Sud, le bois, par exemple, est la première ressource énergétique ; l’organisation locale de cette filière au bénéfice des populations locales est donc de première importance.

Quelques exemples d’axes de recherche développés par la recherche agronomique française :

  • Etudier et améliorer l’organisation des filières agricoles ;
  • Evaluer le potentiel de production d’énergie des différentes plantes et concevoir des systèmes de production d’énergies renouvelables ;
  • Concevoir des technologies souples et facilement adaptables aux conditions locales de production.

Quelques exemples de projets et résultats : ici.

Défi n°5 : Accompagner une action publique adaptée au développement durable

L’action publique n’est pas réservée qu’à l’administration ; d’autres acteurs (société civile, ONG, secteur privé…) contribuent aujourd’hui largement à celle-ci. Les liens entre processus politiques et trajectoires de développement ou de paupérisation sont étudiés dans divers contextes.

Quelques exemples d’axes de recherche développés par la recherche agronomique française :

  • Analyser et évaluer différentes options de politiques publiques dans un cadre agricole évolutif, dans un cadre de préservation de l’environnement, de la diminution des inégalités et de la pauvreté en milieu rural et urbain, de création d’emplois, de la diversification des revenus, d’une recherche du bien-être des populations et de leur adaptation aux incertitudes climatiques et économiques ;
  • Accompagner l’évolution des politiques dédiées dans un contexte multi-acteur et d’internationalisation ;
  • Etudier les questions d’environnement et de gestion des ressources naturelles, de l’eau, du sol et du foncier en général, en analysant l’articulation entre politiques publiques et pratiques locales.

Quelques exemples de résultats : ici

Dernière modification : 10/12/2015

Haut de page