Journée mondiale de l’environnement - L’ambition environnementale et climatique, une impérieuse nécessité

JPEG

Des engagements importants de la France au niveau national et international

En ce 5 juin, la journée mondiale de l’environnement revêt une dimension particulière avec la crise sanitaire mondiale de Covid-19. Plus que jamais la mobilisation internationale des États, des organisations internationales, de la société civile et du secteur privé doit s’amplifier en faveur de l’environnement. La reprise économique mondiale devra opérer une transition environnementale et climatique. L’adoption d’un cadre stratégique mondial post 2020 pour la biodiversité devra être à la hauteur des défis. Par ailleurs, le relèvement de l’ambition climatique des États parties de l’Accord de Paris en matière de réduction des émissions de CO2 est attendu d’ici la fin de l’année.

Sur le plan européen, la France participe à l’élaboration d’une relance verte dans le prolongement de l’initiative franco-allemande du 18 mai, et travaille activement à ce que l’Union européenne vise - 50 à - 55% de réductions d’émissions de CO2 en 2030 par rapport à 1990.

La France prendra toute sa part dans le relèvement de cette ambition dans l’agenda international à travers l’organisation du sommet One planet à Marseille le 11 janvier 2021 en marge du congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature, sa participation active à la COP15 sous présidence chinoise, à la COP26 sous présidence britannique. Notre action au sein du G7 et G20 aura cette même ambition. Enfin, la France organisera le 12 novembre prochain, dans le cadre du Forum de Paris sur la paix, la mobilisation de toutes les banques publiques de développement pour contribuer à la préservation de l’environnement.

Une action politique essentielle auprès des Nations Unies à Rome

A travers sa représentation permanente auprès des Nations Unies à Rome, la France défend la vision d’une agriculture durable, garante de la sécurité alimentaire et de la nutrition des populations tout en respectant l’environnement et les ressources naturelles. Le PAM, la FAO et le FIDA sont engagés à promouvoir des systèmes alimentaires durables et résilients afin de s’assurer de répondre aux besoins grandissants de nourriture de manière durable. À cette fin les trois agences sont investies dans la gestion durable des ressources naturelles telles que les forêts, les sols ainsi que la protection de la biodiversité. Elles s’efforcent de proposer des solutions durables aux gouvernements, et aux acteurs des chaines alimentaires, comme les agriculteurs et les pêcheurs pour atteindre l’objectif « faim 0 » dans le respect de l’ensemble de l’agenda 2030 fixé par les Nations Unies.

Pour cette année 2020, l’accent est mis sur la biodiversité, dont l’érosion ne cesse de croître. Consciente de cette crise, la FAO a pris la décision de proposer une nouvelle Stratégie pour la biodiversité, destinée à intégrer celle-ci dans l’ensemble de ses activités dès 2021. Elle continue en parallèle son travail unique de récolte et de diffusion des données sur l’environnement. Le dernier rapport sur la situation des forêts dans le monde en 2020, rappelle l’urgence de la situation pour les écosystèmes forestiers. Essentielle, la biodiversité des sols est également un sujet important pour la FAO, qui a accueillie début juin la 8ème Assemble du Partenariat mondial pour la biodiversité des sols.

Membre du bureau du Comité de la Sécurité Alimentaire, la France participe aussi à rendre plus accessible des pratiques innovantes et respectueuses de l’environnement comme l’agroécologie. Facilitatrice du groupe des amis de la biodiversité, la France défend l’inclusion de ce sujet dans les instances romaines.

Consciente qu’un développement agricole durable ne peut se faire sans tenir compte des changements environnementaux actuels, la France soutient la Stratégie et plan d’action du FIDA dans le domaine de l’environnement et des changements climatiques 2019-2025.

Devant la gravité de la situation, la France attend un engagement fort des trois agences romaines pour porter ces sujets environnementaux dont dépendent la sécurité alimentaire mais aussi plus largement, la survie de la planète et de l’humanité.

Dernière modification : 24/06/2020

Haut de page