Fonds international pour le développement agricole : 121ème session du Conseil d’administration

La 121ème session du Conseil d’administration du FIDA s’est tenue à Rome les 13 et 14 septembre.

Cette 121ème session du Conseil d’administration du FIDA a été marquée par l’examen de plusieurs documents d’importance stratégique pour l’avenir du FIDA touchant notamment à ses sources de financement et à son modèle opérationnel, permettant ainsi de fortes avancées en vue de la onzième reconstitution du FIDA.

Cette session était la première à laquelle a participé la nouvelle Représentante Permanente de la France auprès des trois organisations des Nations Unies à Rome, Delphine Borione, qui a eu ainsi l’occasion de réaffirmer l’engagement de la France en faveur du développement agricole dans les pays en développement et son soutien aux orientations stratégiques présentées par le Président du FIDA.

Siège du FIDA - JPEG

Photo ci-dessus : siège du FIDA

La 121ème session du Conseil d’administration, la deuxième sous la présidence de Gilbert Houngbo, a eu lieu de façon quasi-concomitante avec la parution du dernier rapport sur l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde (SOFI), lequel fait état, pour la première fois depuis plusieurs années, d’une augmentation du nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire. Face à ce constat, le président du FIDA a souligné la nécessité d’investir dans un développement agricole durable afin de répondre aux besoins grandissants des populations rurales, premières touchées par l’insécurité alimentaire.

La direction du FIDA a présenté, à l’occasion de ce Conseil, une nouvelle initiative, l’Excellence opérationnelle au service des résultats (OpEx). Celle-ci a pour objectif de renforcer et améliorer l’efficacité de l’action du FIDA, afin de contribuer davantage à la mise en œuvre des objectifs de l’Agenda 2030.

Un temps fort de cette 121ème session a été l’adoption d’une formule révisée du système d’allocation des ressources (SAFP). Cette nouvelle formule qui détermine l’allocation des ressources du FIDA aux pays bénéficiaires intègre désormais une variable reflétant la situation de vulnérabilité des pays. Elle aboutira à allouer une part plus importante des ressources aux pays à faible revenu et aux pays en situation de fragilité. Les pays de la liste A du FIDA (pays donateurs) s’en sont félicités à travers une allocution prononcée par la France.

Cette session a permis de poursuivre la discussion sur la question de la diversification des sources de financement du FIDA (emprunts souverains, prêts de partenaires à des conditions favorables, ressources de marchés).

Le Conseil d’administration a examiné trois rapports sur l’évaluation de la performance du FIDA : le Rapport annuel sur les résultats et l’impact des opérations du FIDA (RARI), élaboré par le Bureau indépendant de l’évaluation, le Rapport sur l’efficacité du FIDA en matière de développement (RIDE) préparé par la direction et le Rapport du Président sur la mise en œuvre par le FIDA des recommandations issues de l’évaluation indépendante (PRISMA). Ces trois rapports dressent un tableau global plutôt satisfaisant de la performance du FIDA. Les membres du Conseil d’administration ont encouragé la direction à continuer d’améliorer la performance opérationnelle et organisationnelle du FIDA.

Le Conseil d’administration a examiné les programmes d’options stratégiques pays (COSOP) des Philippines et de la République dominicaine. Le COSOP fournit un cadre pour les futures opérations du FIDA dans un pays donné, recense les possibilités en matière de cofinancements et de partenariats connexes, et s’inscrit dans une démarche de gestion axée sur les résultats. Par ailleurs, le Conseil d’administration a approuvé six projets (au Cameroun, en Indonésie, au Pakistan, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, au Venezuela, et au Myanmar).

Enfin, le Conseil a approuvé d’une part, un mémorandum d’accord avec l’association Heifer Project international qui œuvre contre la faim et la pauvreté à travers le développement de l’élevage, et d’autre part, un accord de partenariat avec le groupe agro-alimentaire Mars Inc. visant à faciliter l’accès au marché de petits exploitants.

Télécharger l’intervention prononcée par la France, au nom de la liste A, sur la formule révisée du système d’allocation des ressources fondé sur la performance (pdf, 21 Ko)

Dernière modification : 13/10/2017

Haut de page