Élection du nouveau Directeur Général de la FAO

L’élection du nouveau Directeur général de la FAO a eu lieu le 23 juin 2019 à Rome. Le vice-ministre de l’agriculture chinois Qu Dongyu l’a emporté au premier tour (108 voix) face à la candidate de la France et de l’Union européenne Catherine Geslain-Lanéelle (71 voix) et au Géorgien David Kirvalidze (12 voix).

JPEG
Le 23 juin 2019 à Rome, la Conférence générale de la FAO a élu le vice-ministre de l’agriculture chinois Qu Dongyu Directeur général de la FAO pour 4 ans. Son mandat débutera le 1er août prochain.

Il l’a emporté au premier tour (108 voix) face à la Française Catherine Geslain-Lanéelle (71 voix) et au Géorgien David Kirvalidze (12 voix). L’élection a vu le taux de participation le plus élevé de l’histoire de la FAO puisque 192 pays sur 194 membres votants de la FAO étaient présents pour le vote (contre 180 votants en 2011). C’est aussi la première fois qu’un directeur général de la FAO est élu au premier tour.

La candidate de la France et de l’Union Européenne avait mené une campagne active, transparente et ouverte, en allant à la rencontre de tous les acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux. Sur la base du dialogue et des débats engagés avec l’ensemble des acteurs, elle a porté un projet multilatéral et fédérateur et précis, dans le respect des valeurs de la France, de l’Union européenne et des Nations Unies.

JPEG
La Représentation Permanente de la France à Rome est fière d’avoir soutenu ce projet qui s’est accompagné de six engagements :
-  Le renforcement de tous les types de coopération (sud-sud, nord-sud, triangulaire) entre et avec les gouvernements, sur la base du respect mutuel et en tenant compte des souverainetés nationales ;
-  Un programme de coopération technique plus cohérent et efficace, s’appuyant sur des sources de financement diversifiées pour développer davantage de projets innovants et dans davantage de pays ;
-  Le renforcement de l’action de la FAO pour attirer des investissements publics et privés responsables dans les secteurs de l’alimentation et de l’agriculture, permettant le développement des chaînes de valeur et donc la création d’emploi et la lutte contre la pauvreté en milieu rural ;
-  Un engagement fort pour le bien-être des populations pour que chacun ait accès à une alimentation durable et diversifiée, à travers une action concertée avec les autres agences des Nations-Unies et les organisations régionales pertinentes ;
-  L’amélioration des fondements scientifiques et de l’excellence technique des activités de la FAO, grâce à la construction de partenariats et de réseaux avec la communauté scientifique mondiale et à l’utilisation des nouvelles technologies ;
-  L’augmentation de l’impact et des résultats de l’Organisation sur le terrain en faisant de la FAO une organisation agile, transparente, redevable et innovante, en s’appuyant sur l’énergie, le talent et l’engagement du personnel dans les bureaux décentralisés comme au siège à Rome.

Première femme candidate à ce poste, Catherine Geslain-Lanéelle a également pu mettre en avant les progrès qu’il reste à mener pour reconnaître et valoriser la place des femmes dans les systèmes alimentaires.

Ces idées, engagements et valeurs pourront nourrir la réflexion et l’action de l’Organisation dans le futur.

JPEG
La France félicite le nouveau Directeur général élu et lui adresse tous ses vœux de succès dans l’exercice de l’important mandat qui lui incombe. Elle souhaite ainsi que la transparence, l’inclusivité, la redevabilité et l’efficacité guident les décisions et mesures qui seront prises pour que l’ensemble des états membres puissent atteindre collectivement les objectifs de développement durable ; pour continuer la nécessaire transition vers des systèmes agricoles durables, résilients au changement climatique, respectueux de la biodiversité et des ressources naturelles ; pour développer la valeur ajoutée des filières agricoles et alimentaires dans une approche de développement territorial durable ; pour améliorer la gestion active des maladies animales et végétales transfrontalières et pour impliquer de manière responsable le secteur privé et la société civile. Dans le cadre de l’Accord-cadre qui la lie à la FAO, la France continuera à apporter un soutien politique, financier, scientifique et humain à la FAO et à travailler en collaboration avec sa direction et son personnel pour lutter contre la faim dans le monde, atteindre la sécurité alimentaire pour tous et réaliser l’ensemble des objectifs du développement durable.

Photo de logo : copyright FAO/Alessandra Benedetti

Dernière modification : 26/07/2019

Haut de page