Disparition de Jacques Diouf, ancien directeur général de la FAO

Le sénégalais Jacques Diouf s’est éteint le 17 août dernier. Retour sur les éléments marquants de son action à la tête de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

JPEG
Jacques Diouf, qui avait fait ses études supérieures en France (diplôme d’ingénieur agronome, maîtrise d’agronomie tropicale, doctorat en sciences sociales) a occupé de multiples postes dans plusieurs grandes instances internationales et a œuvré à sensibiliser l’opinion mondiale aux problématiques alimentaires et environnementales.

Elu à la tête de la FAO en 1993, Jacques Diouf a ainsi exercé trois mandats consécutifs de directeur général de 1994 à 2011, au cours desquels il a inlassablement plaidé et œuvré en faveur de la lutte contre la faim, la malnutrition et la pauvreté.

Sous son impulsion, la FAO a entrepris un processus de restructuration de l’Organisation ciblée sur l’efficience et la performance, incluant la réforme du Comité de la Sécurité Alimentaire mondiale (CSA), actuellement seule plateforme mondiale de dialogue multi-acteurs et multisectorielle au sein des Nations Unies impliquée dans le domaine de la sécurité alimentaire et la nutrition. La FAO a également considérablement renforcé sa collaboration avec le secteur privé.

Jacques Diouf a aussi lancé des opérations spectaculaires de communication associant des célébrités afin notamment de récolter des fonds à l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation, célébrée chaque année le 16 octobre. Un Programme des Ambassadeurs de bonne volonté de la FAO a ainsi été mis en place en 1999 avec des personnalités (telles que le prix Nobel de médecine Rita Levi Montalcini, les footballeurs Roberto Baggio et Raúl ou encore la chanteuse québécoise Céline Dion) dans le but de sensibiliser le public et les médias sur la situation inacceptable de millions de personnes continuant à souffrir de la faim.

Il a également été précurseur en appelant à un développement agricole et rural durable qui permette de répondre au défi de la production pour nourrir une population mondiale croissante tout en assurant revenus et emplois pour les petits agriculteurs et en préservant les ressources naturelles et l’environnement.

La mémoire de Jacques Diouf continuera d’être honorée grâce au prix Jacques Diouf de la FAO, qui récompense, tous les deux ans, les personnes ou institutions ayant contribué à améliorer la sécurité alimentaire mondiale.

Dernière modification : 27/08/2019

Haut de page