Conseil des gouverneurs du FIDA

Parmi les huit candidats en lice, le Conseil des gouverneurs a élu Gilbert Houngbo à la présidence du FIDA.

Le Conseil des gouverneurs, instance suprême du Fonds international de développement agricole (FIDA) réunissant les 176 Etats membres, a tenu sa session annuelle à Rome les 14 et 15 février.

Cette session du Conseil a été marquée par l’élection de M. Houngbo, actuel directeur général adjoint du Bureau international du travail et ancien Premier Ministre du Togo, à la présidence du FIDA. Gilbert Houngbo prendra ses fonctions le 1er avril pour un mandat de quatre ans, succédant à Kanayo F. Nwanze et devenant ainsi le 6e Président du FIDA.

Dans le discours qu’il a prononcé en tant que Président élu, M. Houngbo a appelé à maintenir le niveau d’ambition du FIDA tout en étant réaliste et pragmatique. Il a souligné la nécessité de démontrer que le FIDA délivrait les meilleurs résultats possibles par rapport aux fonds investis. Il a évoqué quelques-unes de ses priorités comme l’égalité homme/femme, la diversification des sources de financement, ou le renforcement de la collaboration avec les autres agences des Nations unies basées à Rome et les banques de développement.

Dans ses interventions lors de la session, K. Nwanze a rappelé toute l’importance d’investir dans les zones rurales, évoquant à la un impératif économique pour éliminer la faim et l’extrême pauvreté et une « obligation morale ». Il a présenté le bilan de son action, soulignant la reconnaissance dont le FIDA jouissait en tant que « leader de la transformation rurale ». Il a notamment mis en exergue le programme ASAP d’adaptation au changement climatique et a rappelé les nombreuses réformes qu’il avait menées pour renforcer l’efficacité du FIDA.

Lors du débat général, les délégations ont salué l’action de M. Nwanze et adressé leurs félicitations ainsi que leurs vœux de succès à M. Houngbo. L’alignement de la stratégie du FIDA sur l’Agenda 2030 du développement durable, la question des sources de financement et de leur diversification, les priorités géographiques du FIDA, les questions transversales (climat, genre, nutrition), l’emploi des jeunes, l’intérêt de favoriser l’investissement du secteur privé dans les zones rurales, la collaboration entre les agences des Nations unies basées à Rome sont les sujets qui sont le plus fréquemment revenus dans les interventions des délégations.

Télécharger la déclaration de la France (pdf - 98 Ko)

Dernière modification : 06/03/2017

Haut de page