Concilier la lutte contre les dérèglements climatiques et la sécurité alimentaire : un enjeu majeur pour la France, le Maroc et la FAO

« Comment concilier la lutte contre les dérèglements climatiques et la sécurité alimentaire », tel a été le thème central de l’événement organisé par la France, présidente de la 21ème Conférence des parties à la Convention cadre des Nations unies sur le changement climatique (COP21), le Maroc, future présidence de la COP22, et la FAO, mardi 13 octobre à Rome, à la FAO, lors du 42ème Comité de la sécurité alimentaire mondiale.

Le Ministre français de l'agriculture, S. le Foll, et le Directeur général de la FAO, M. Graziano da Silva, au 42ème CSA - JPEG

La France avec le Maroc et la FAO appellent à une réflexion sur "Comment concilier la lutte contre les dérèglements climatiques et la sécurité alimentaire ? La voie vers la Conférence de Paris sur le climat"

La France a pris l’initiative d’organiser le 13 octobre 2015 avec le Maroc et l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO/OAA) un évènement " Comment concilier la lutte contre les dérèglements climatiques et la sécurité alimentaire ? La voie vers la Conférence de Paris sur le climat". Ce dialogue de haut niveau, en marge de la 42e session du Comité de sécurité alimentaire mondiale (CSA), a porté sur les politiques agricoles pour la sécurité alimentaire dans un contexte de dérèglement climatique. La conciliation de ces objectifs, à la fois en termes d’adaptation et d’atténuation, est cruciale pour la sécurité alimentaire et ne doit pas être omise des discussions à la Conférence des parties pour la Convention des Nations-Unies sur le Climat à Paris (COP 21).

Le Directeur général de la FAO, M. José Graziano da Silva, a plaidé pour un changement de paradigme afin de promouvoir une agriculture plus productive, plus inclusive et plus résiliente. Il a insisté sur l’importance de l’adaptation.

Le Ministre français de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, M. Stéphane Le Foll, a appelé à une grande mobilisation pour garantir le succès de la COP 21. Il a insisté sur la nécessité d’une « double révolution verte » par laquelle l’agriculture opérerait une transition écologique. Ainsi, le projet agro-écologie en France est l’un des vecteurs de cette transition. Il a présenté l’initiative " 4 pour 1000] : les sols pour la sécurité alimentaire et le climat »visant à améliorer à la fois la sécurité alimentaire, l’adaptation au changement climatique et la participation à l’atténuation des émissions à travers le renforcement de la séquestration du carbone organique dans les sols. Cette initiative internationale et multi-partenariale s’appuie sur un programme de recherche et sur un volet opérationnel. Enfin, il a annoncé qu’une journée d’action, le 1er décembre, serait consacrée à l’agriculture pour la sécurité alimentaire et le climat lors de la COP 21, dans le cadre du Programme d’action de Lima Paris (LPAA), visant à mobiliser autour d’actions visant à promouvoir la sécurité alimentaire tout en intégrant la contrainte climatique.

M. Lapodini Marc Atouga, le Commissaire de l’Agriculture, de l’Environnement et des ressources en eau de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a présenté les actions et politiques de la Communauté dans le secteur agricole afin de faire face au changement climatique dans la région. Il a mentionné entre autres le reboisement et le renforcement des capacités. À cette occasion il a mentionné le soutien de la CEDEAO à l’initiative « 4 pour mille »].

M. Mohamed El Guerrouj, directeur général de l’Agence marocaine pour le Développement (ADA), a expliqué en quoi le Plan Maroc Vert apporte des solutions concrètes afin d’adapter l’agriculture aux changements climatiques. Il a souligné l’importance pour le Maroc et la France d’articuler la Conférence de Paris avec la prochaine Conférence (COP 22) sous présidence marocaine.

Mme Hilal Elver, Rapporteur spécial du droit à l’alimentation, a pour sa part insisté sur les droits de l’homme et sur l’importance d’examiner les moyens de subsistance des communautés locales lors de la discussion sur les politiques agricoles pour répondre au changement climatique.

Chacun a appelé à accord ambitieux à la COP 21. Le modérateur, Serge Tomasi, Ambassadeur français auprès de la FAO, a conclu à notre responsabilité commune pour relever le double défi du dérèglement climatique et de l’insécurité alimentaire, dans les différentes instances concernées y compris le Comité de sécurité alimentaire CSA.

Relisez le communiqué officiel sur le site du Ministère de l’agriculture

Dernière modification : 04/11/2015

Haut de page