Année internationale de l’agriculture familiale

JPEG

L’Assemblée Générale des Nations unies (AGNU) a proclamé l’année 2014 « Année internationale de l’agriculture familiale » par la résolution 66/222, adoptée en 2011.

Marquée par l’organisation de plus de 500 manifestations et événements, à l’initiative des agriculteurs et de leurs représentants, des ONG, des gouvernements et des organisations internationales, l’Année internationale de l’agriculture familiale 2014 (AIAF) a permis de donner plus de visibilité et de rehausser l’image de l’agriculture familiale et de la petite agriculture, en focalisant l’attention du monde entier sur leur contribution significative à l’éradication de la faim et de la pauvreté, à l’amélioration de la sécurité alimentaire, de la nutrition et des moyens d’existence, à l’aménagement des territoires ruraux et à la cohésion sociale, à la gestion des ressources naturelles et au développement durable.

Un document sur l’héritage de l’année internationale (« Legacy document »), publié lors de la cérémonie de clôture de l’année à Manille (Philippines) et fruit d’une concertation des membres du Comité de pilotage international de l’année, synthétise les principaux résultats de l’AIAF et appelle à poursuivre la mobilisation après 2014. Voir ici

L’engagement de la France durant l’AIAF

En 2014, la célébration de l’Année internationale de l’agriculture familiale a été l’occasion pour la France de se mobiliser, au plus haut-niveau, en faveur de l’agriculture familiale. La France, qui, par ses choix politiques et son histoire, a développé son agriculture sur le modèle d’une agriculture familiale, s’est pleinement engagée afin de démontrer l’enjeu politique et social de soutenir les agriculteurs familiaux et d’expliquer, sur la base de son expérience, l’importance de définir des politiques publiques agricoles adaptées.

La France, en tant que membre du comité directeur de l’année internationale de l’agriculture familiale hébergé à la FAO, s’est mobilisée tout au long de l’année et ce à tous les niveaux. Cet engagement s’est en effet illustré par la mobilisation de la société civile, organisations de producteurs et syndicats agricoles, celle du secteur privé, par un travail continu sur ce thème avec les agences onusiennes romaines, par l’investissement de nombreux centres de recherche et une forte volonté politique reflétée par la mobilisation des décideurs politiques.

a. L’ engagement des autorités politiques

La signature d’une déclaration ministérielle sur l’agriculture familiale par 40 ministres de l’agriculture et le Directeur Général de la FAO, à l’initiative du Ministre de l’agriculture, de l’agro-alimentaire et de la forêt, M. Stéphane Le Foll le 25 février 2014 lors du Salon international de l’agriculture a marqué un engagement politique fort.

Cette signature est intervenue à l’issue du séminaire « l’Agriculture familiale, une agriculture d’avenir ? » organisé par le Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt (MAAF) et les organisations agricoles (Jeunes Agriculteurs, Agriculteurs français et Agriculteurs français et développement international).

La publication d’un rapport sur l’AIAF en France, confiée à M. Henri Rouillé d’Orfeuil (Académie d’Agriculture de France), constitue un outil de cadrage essentiel pour l’après 2014 pour l’ensemble des acteurs français ayant activement participé à l’AIAF.

Ce rapport définit 7 chantiers stratégiques sur lesquels la France s’engage (notamment sécuriser l’accès au foncier et améliorer la gestion des terres, favoriser l’installation des jeunes, soutenir des systèmes alimentaires territorialisés pour une meilleure valorisation, renforcer l’accompagnement des agriculteurs familiaux pour favoriser l’innovation, soutenir des politiques publiques adaptées et cohérentes).

b. La mobilisation de la société civile, des organisations paysannes et des syndicats agricoles français

Les organisations paysannes et ONG françaises se sont mobilisées et investies durant l’année internationale, organisant des rencontres et des temps d’échanges.

Plusieurs Manifestes ont ainsi été publiés, parmi lesquels :

  • le Manifeste des Jeunes Agriculteurs adopté lors du sommet international des Jeunes Agriculteurs ;
  • le Manifeste de Lyon adopté par l’ONG Coordination SUD et la Confédération paysanne lors du Forum des sociétés civiles pour les agricultures paysannes, qui s’est tenu à Lyon les 17 et 18 décembre 2014.
  • Au niveau international, le Forum Rural Mondial (FRM), en tant que coordinateur de la Société Civile pour l’année internationale, a organisé de nombreux évènements auxquels la société civile française et autres acteurs français ont pu participer. Parmi les résultats de ces rencontres, on relève notamment le Manifeste de Brasilia, qui appelle à la rédaction de Directives volontaires pour l’agriculture familiale au Comité de sécurité alimentaire mondiale, à des investissements et des politiques adaptés, y compris en faveur de l’autonomisation des femmes, et des jeunes.

c. Un engagement du secteur privé français

Les groupe français Danone et, l’un des principaux groupes agroalimentaires au monde, a lancé avec l’entreprise américaine Mars Incorporated en février 2014 un fonds d’investissement pour l’auto-subsistance et l’agriculture familiale (nommé Fonds Livelihoods3F. Ce Fonds prévoit d’investir 120 millions d’euros, au cours des dix prochaines années, dans des projets en Afrique, en Asie et en Amérique latine, avec l’objectif d’aider 200 000 exploitations familiales et deux millions de personnes à pérenniser leurs cultures

d. La mobilisation de la recherche française

L’Année Internationale pour l’Agriculture Familiale (AIAF) a été une occasion toute particulière pour synthétiser les travaux de recherche réalisés antérieurement et participer activement à la fourniture d’éléments de cadrage et de conceptualisation, éclairant et alimentant les réflexions, les questions et controverses autour des formes de production et de leurs rôles dans le développement.

Principal évènement de l’année internationale dans le domaine de la recherche,les Rencontres internationales « Agricultures familiales et recherche », organisées par Agropolis International, les Ministères français de l’Agriculture et des Affaires étrangères, le Forum mondial rural, le Groupe consultatif sur la recherche agricole internationale et le Forum mondial pour la recherche agricole, se sont tenues du 1er au 3 juin 2014, à Montpellier. Ayant pour objectifs le partage d’informations et d’analyses sur l’état et les dynamiques des agricultures familiales dans le monde, l’évaluation de leurs contributions à la réponse aux grands défis alimentaires, sociaux et environnementaux, et de renforcer la recherche sur les agricultures familiales, ces rencontres ont réuni 250 participants, en présence du Président du Fonds international des Nations unies pour le développement agricole (FIDA), M. Kanayo Nwanze, et de représentants de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (OAA / FAO).

De nombreux ouvrages de synthèses, rédigés par des collectifs de chercheurs français, et autres supports furent édités sur cette période récente (2014-2015), contribuant à l’approfondissement des savoirs scientifiques sur les agricultures familiales dans le monde, mais aussi à la mise à l’épreuve d’un cadre méthodologique d’analyse et d’observations en milieu rural.

En savoir plus : ressources CIRAD, IRD et INRA

e. Une collaboration étroite avec les agences onusiennes romaines

La France a participé au Dialogue mondial sur l’agriculture familiale, organisé par la FAO, le FIDA et le Programme Alimentaire mondial en octobre 2014. Ce dialogue a marqué le point de départ d’une dynamique mondiale de mobilisation sur l’agriculture familiale au-delà de 2014.

La France s’est fortement investie dans la création de la Plateforme mondiale de connaissances sur l’agriculture familiale, hébergée par la FAO et fruit d’un long travail multi-acteurs entre organisations internationales, chercheurs, organisations d’agriculteurs et états membres. Cette plateforme centralise des données sur l’appui aux agricultures familiales – lois et règlements nationaux, politiques publiques, meilleures pratiques, statistiques, recherches, articles et publications- et repose sur un principe de partage et d’échanges entre l’ensemble des partenaires. La méthodologie de l’Observatoire des Agricultures du Monde, projet de la FAO, soutenu par la France a servi de base aux travaux et réflexions sur les indicateurs à mobiliser pour la caractérisation de l’agriculture familiale.

L’ensemble des publications durant l’année est disponible ici.

Dernière modification : 04/11/2015

Haut de page